Réduire nos droits à la retraite…

Voilà, ça c’est fait…

Le 1er janvier 2019 l’accord signé par la CFE-CGC la CFDT et la CFTC qui acte la fusion des régimes de retraite complémentaire Arrco et Agirc, est entré en vigueur.

Pour les Cadres, vous avez été plusieurs à constater et nous signaler que les nouvelles simulations du montant de votre retraite donnaient une baisse de votre prochaine pension de l’ordre de 100 à 500 Euros par mois suivant les cas.

C’est malheureusement « normal ». L’accord, que la CGT a refusé de signer,  est en rupture avec le principe historique selon lequel les pensions complémentaires doivent pouvoir être liquidées simultanément avec la retraite de base de Sécurité sociale et sans abattement dès lors que le droit à une retraite à taux plein est acquis dans les régimes de base.

Les principaux points notables de ce nouveau recul sont :

  • mise en place d’un coefficient de solidarité, sorte de malus pendant les trois premières années de la retraite dans la limite de 67 ans, correspondant à 10% chaque année pendant 3 ans pour tous les futurs retraités, nés à partir de 1957, remplissant les conditions du taux plein.
  • la suppression de la garantie minimale de points accordant 120 points aux cadres dont les salaires ne leur permettent pas de cotiser à la complémentaire. Cela impacte les cadres dont les salaires sont inférieurs à 3664,82 euros bruts par mois (ex : salariés assimilés cadres ayants un DUT, BTS) dont la cotisation va disparaître avec pour conséquence une petite hausse du salaire mais une baisse importante de la retraite.
  • modification du calcul des points retraite complémentaire selon la formule : Points Arrco + (Points Agirc x Coefficient) = points Arrco-Agirc. Ce coefficient est de 0.347798289 à ce jour et pourra être modifié à la hausse mais surtout à la baisse….
  • disparition des tranches 1et 2 Arrco et A, B et C Agirc, remplacées par deux tranches dites T1 jusqu’au Plafond-de-la-Sécurité-Sociale (PLSS) et T2 pour les rémunérations comprises entre 1 et 8 PLSS (au lieu de 12).
  • sur cette base, les taux dits « contractuels » de cotisation à la retraite complémentaire s’établiront à 6,20% pour la tranche de rémunération dite T1 inférieure à 1 PLSS et à 17% pour la tranche de rémunération (dite T2) comprise entre 1 et 8 PLSS.
  • création d’un coefficient de majoration(genre de bonus) pendant un an pour celles et ceux qui justifient avoir prolongé leur activité pendant 8 trimestres ou plus au-delà de la date à laquelle les conditions du taux plein sont remplies dans le régime de base.

Au final : toutes et tous perdants !

Conservez bien cette information en tête et nous espérons que lors des prochaines élections  professionnelles sur le site, vous aurez encore en mémoire les « bienfaits » des accords signés par la CFE-CGC, aujourd’hui 1er syndicat à Grenoble suite aux dernières élections.

Dossier complet : 8 fiches pour décrypter l’accord de 2015 sur l’ARRCO et l’AGIRC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.