Télétravail :

Il faut un accord spécifique tout de suite !

Les discussions sur la Qualité de Vie au Travail ont débuté depuis déjà 2 ans, en effet le début des négociations soufflera au mois de novembre ses 2 bougies. Nous rendons compte de la situation après la réunion du mercredi 26/09/2018.

En février 2018, un texte sur le télétravail avait abouti après de longues discussions et suite aux bilans des expérimentations sur le télétravail sur les sites de Paris, Grenoble, Le Mans. Mais la direction a refusé de le déployer sur les gros sites industriels disant attendre un projet global sur la QVT.

La CGT n’a cessé depuis le mois de février de demander que le télétravail soit mis en place sur tous les sites sans attendre. Il n’y a aucune raison d’attendre : cela fait plusieurs années qu’il est mis en œuvre à Grenoble et à Paris, le texte est prêt et correspond aux attentes des salariés. Nous avons envoyé un nouveau courrier à la direction en ce sens à cette rentrée, sans réponse.

La réponse est venue sous forme de la relance de la négociation QVT, en sommeil depuis deux ans. Un accord « QVT1 » a été proposé, intégrant le télétravail, sous le vocable « corporate » de « Home office  » ( ! ! !) Cet accord interviendrait immédiatement, contiendrait le télétravail et la déconnexion MAIS inclurait aussi des  dispositions sur les temps partiels et surtout une banalisation du travail du samedi, pour les forfaits jours et les mensuel en horaire journée.

La direction fait une sorte de chantage. Le télétravail, attendu à Rousset, Crolles, Tours…  est utilisé comme « monnaie d’échange » pour faire accepter la généralisation de travail du samedi, ce qui est inadmissible. La CGT redemande donc un accord télétravail spécifique.

Voir L@ Puce à l’Oreille n°59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *