CHSCT du 1/10/2015 : IPF, RPS, Droit d’Alerte, Bilan HSCT, Travaux

Voici les points essentiels qui ont retenu notre attention lors de ce CHSCT :

  1. Prévision des travaux :
    • Aménagement parking provisoire sur terrain IBS (127 places) et ex-F (90 places), pour compenser la fermeture progressive du ST3. Nous avons fait remarquer qu’à terme il y aura probablement une congestion du trafic rue Horowitz, lors des heures de pointe. La direction répond qu’il n’y aura pas de problème même si la bretelle côté parking autoroute n’est plus à l’ordre du jour.
  2. Consultation rapports HSCT 2014 :
    • Avis défavorable à l’unanimité : Déclaration des élus
      • « (…) Les élus considèrent que si les risques physiques sont en général correctement traités, le nombre d’Accidents du Travail et de Maladie Professionnelle déclaré puisse être en dessous de la réalité vécue par les salariés et relevée par les élus sur le terrain, en particulier lorsque l’on a affaire à des faits liés aux RPSO et aux TMS ».
  3. Plan d’Action de Prévention des Risques Psycho-Sociaux :
    • Il ressort du Stresslab un niveau non négligeable de stress élevé (19%) voir très élevé (3%),
    • A noter que Stresslab ne recense que partiellement le niveau de stress sur le site de Grenoble :
      • Au maximum la moitié des salariés du site passent leur visite médicale chaque année, d’où un effet de lissage,
      • Environ 30% des salariés en visite médicale ne veulent pas le passer,
    • Les élus CGT ont re-proposé la mise en place d’une commission RPS du CHSCT (déjà suggéré le 29 janvier 2015 par Monsieur l’Inspecteur du Travail) qui n’a pas été soutenue par les élus CGC / UNSA.
  4. Présentation du rapport d’enquête du droit d’alerte DP au FEM le 18 mai 2015 par les 2 enquêteurs :
    • L’enquête ayant mis en évidence des problèmes récurrents dans l’équipe 3, la direction a fait une présentation orientée à charge contre des salariés de FEM (salle de test), considérés comme uniques responsables de la mauvaise ambiance dans cette équipe. Ceci a été contesté par le DP enquêteur. Monsieur l’Inspecteur du Travail a apporté un éclairage complémentaire du fait de sa propre enquête réalisée en septembre. C’en est suivi un débat tumultueux, où des élus CGC / UNSA, ont ostensiblement pris la défense de la direction contre l’enquêteur DP CGT et contesté le déroulement de l’enquête menée par Monsieur l’Inspecteur du Travail remettant ainsi les conclusions de celle-ci en cause.
    • Afin d’apaiser les débats, les élus CGT ont demandé une suspension de séance. Nous avons alors proposé à l’ensemble des élus de faire intervenir un cabinet d’expertise externe à ST pour avancer sur la compréhension des causes à l’origine des problèmes que rencontre cette équipe. Cette demande a été refusée par tous les élus CGC / UNSA. Nous l’avons alors regretté dans une déclaration qui dénonçait aussi le manque d’efficacité du CHSCT.
  5. Bilan des IPF 2015:

Autosatisfaction de la direction qui va procéder à des améliorations à la marge (ex : entretiens de milieu d’année facultatifs). Nous avons relevé un certain de nombre de problèmes :

  • 3 mois après la clôture de l’IPF, nombre de salariés ayant demandé un entretien RH ne l’ont toujours pas eu,
  • Cet outil pseudo-scientifique sanctionne les ingénieures (6.06% d’Opportunity to improve contre 4.62% pour les hommes) ,
  • les retours des salariés (managers inclus) montrent que cet outil ne répond pas à leurs attentes,
  • certaines organisations ont imposé un quota de 15% d’Opportunity to improve ce que conteste la direction malgré les témoignages apportés.

Nous regrettons le peu de considération du « corporate » aux préconisations du CHSCT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *